Imprimer cette page

Marika Lussier-Therrien (2016)

DIPLÔME(S) OBTENU(S) :

Maîtrise en service social, cheminement de type cours avec stage (2016), Université de Sherbrooke.

Maîtrise en études politiques appliquées, cheminement en politiques publiques et internationales (2012), Université de Sherbrooke.

Baccalauréat en études politiques appliquées, cheminement en relations internationales (2009), Université de Sherbrooke.

PROGRAMME D'ÉTUDE ACTUEL :

S.o.

Marika est maintenant chargée de projet chez DIRA-Estrie pour le projet « Je prends ma place ! » contre l’intimidation.

TITRE DU PROJET D'ÉTUDE :

La cyberintimidation envers les personnes aînées : États des connaissances et exploration de pistes d’action.

BOURSES D'ÉTUDES ET MONTANTS :

Bourse de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées, soutien à la rédaction de l’essai de maîtrise (2016) : 2 500$

DATE DE RÉALISATION :

Réalisation de la maîtrise de l’automne 2013 à l’automne 2016.

Rédaction de l'essai en 2016.

LIENS AVEC LES OBJECTIFS DE LA CHAIRE :

Objectif 1 : Développer des connaissances théoriques, empiriques et pratiques (praxéologiques) sur : les formes et types de maltraitance, les facteurs de vulnérabilité et de risque associés à la maltraitance, les conséquences de la maltraitance, le profil de la personne qui maltraite, la bientraitance et l’intimidation (y compris l’intimidation en ligne).

PROBLÉMATIQUE :

Depuis quelques années, les journaux et les bulletins de nouvelles télévisés présentent de nombreux cas d’adolescents qui ont expérimenté la cyberintimidation. Plusieurs d’entre eux soulèvent avoir reçu des courriels haineux ou avoir fait l’objet de moqueries ou de rumeurs sur les réseaux sociaux. Quoi qu’il en soit, les conséquences sont dévastatrices et la cyberintimidation peut générer du stress, de la peur et une perte d’estime de soi. Malgré le fait que la cyberintimidation chez les adolescents est largement médiatisée, il n’en demeure pas moins que celle expérimentée chez les adultes et les personnes aînées est peu documentée. Pourtant, les personnes aînées représentent le groupe d’âge qui affiche la plus grande croissance de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) (Gouvernement du Canada, 2015; Ministère de la Famille, 2014a). Certaines données démontrent même que les personnes aînées sont le groupe d’âge où l’utilisation d’Internet a le plus augmenté au cours des dernières années (Statistique Canada, 2014) et elles sont le groupe d’âge qui y consacrent le plus temps (CEFRIO, 2011). Or, considérant que l’utilisation des TIC, l’adoption de pratiques risquées sur les réseaux sociaux, le temps passé sur les TIC et les antécédents de victimisation représentent des facteurs de risque et de vulnérabilité de la cyberintimidation, il y a lieu de se questionner sur le phénomène chez les personnes aînées.

BUT OU QUESTION DE RECHERCHE :

Documenter le phénomène de la cyberintimidation chez les personnes aînées.

OBJECTIFS :

Basé sur une mesure identifiée dans le Plan d'action concerté pour prévenir et contrer l'intimidation 2015-2018 et dont la responsabilité incombe à la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées, cet essai vise à faire le point sur l’état des connaissances à l’égard de la cyberintimidation chez les personnes aînées et sur quelques pratiques en matière de lutte contre ce phénomène.

MÉTHODOLOGIE :

Dans le cadre de cet essai, le recours à l’analyse documentaire (Hamel, 2006) a été privilégié pour réaliser l’état des connaissances. Trois sources documentaires ont été utilisées, soit :

1) les 65 mémoires déposés suite à la tenue du Forum sur la lutte contre l’intimidation;

2) des banques de données à contenu scientifique francophone et anglophone;

3) la littérature gouvernementale et administrative sur le sujet.

La triangulation de ces trois sources permet ainsi d’obtenir un portrait fidèle du phénomène de l’intimidation en ligne.

De plus, afin d’enrichir notre réflexion sur les axes d’intervention et stratégies et moyens d’action pour contrer l’intimidation dans le cyberespace ainsi que sur les pratiques de sensibilisation pour la contrer, nous avons cru opportun de réaliser des échanges informels avec certains représentants du Comité des partenaires nationaux non gouvernementaux. 

AVANCEMENT DES TRAVAUX :

  • Début de la rédaction de l’essai sur le phénomène de la cyberintimidation chez les personnes aînées en janvier 2016.
  • Dépôt initial de l'essai à la Faculté des lettres et Sciences humaines en avril 2016. 
  • Dépôt final de l'essai en juin 2016.

COMMUNICATIONS :

Lussier-Therrien, M. (22 avril 2016). Contrer la cyberintimidation chez les personnes aînées : réflexion sur les stratégies, les moyens et le rôle du travailleur social. Séminaire d’essai présenté dans le cadre du colloque de l’École de travail social 2016 à l’Université de Sherbrooke. Sherbrooke, Québec.

Lussier-Therrien, M., Beaulieu, M. & Leboeuf, R. (24 mars 2016). L’intimidation des adolescents et des aînés : mise en dialogue par des activités intergénérationnelles. Association des retraités et retraitées de l’éducation et des autres services publics du Québec. Magog (Québec).

Lussier-Therrien, M. (9 mars 2016). L’intimidation en ligne chez les personnes aînées : état de l’avancement de l’essai. Rencontre d’équipe de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées. Sherbrooke (Québec).

Lussier-Therrien, M., Beaulieu, M. & Leboeuf, R. (9 mars 2016). L’intimidation des adolescents et des aînés : mise en dialogue par des activités intergénérationnelles. Rencontre d’équipe de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées. Sherbrooke (Québec).

Lussier-Therrien, M., Beaulieu, M. & Leboeuf, R. (20 novembre 2015). L’intimidation des jeunes et des aînés : mise en dialogue. Carrefour gérontologique 2015 de l’Association québécoise de gérontologie. Québec (Québec). 

ÉCRITS :

Monographie

Lussier-Therrien, M. (2016). La cyberintimidation envers les personnes aînées : États des connaissances et exploration de pistes d'action (Essai de maîtrise). Faculté des lettres et sciences humaines, École de travail social, Université de Sherbrooke, 107p.

RÉFÉRENCES UTILISÉES :

Dernière modification le vendredi, 16 décembre 2016 11:53