Taille de la police

Maltraitance en résidence privée pour aîné

Thématique : Chercheur principal

CHERCHEURE PRINCIPALE

Mélanie Couture, titulaire de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées

ÉQUIPES DE CHERCHEURS

  • Éric Gagnon, Chercheur d’établissement, CIUSSS de la Capitale-Nationale
  • François Aubry, Professeur, École de travail social, Université du Québec en Outaouais (UQO)
  • Martin Gallié, Professeur, Département des sciences juridiques, Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Julien Simard, Chercheur postdoctoral McGill School of Social Work, Université McGill

PARTENAIRES

​​Habitations Paul-Pratt

Centre de recherche et d’expertise en gérontologie sociale (CREGÉS)

Comité droits des ainés en résidences privées de l’agglomération de Longueuil ​

PERSONNEL DE LA CHAIRE

Vanessa Daigle, étudiante à la Maitrise en travail social

Rosalie Bernard, étudiante au baccalauréat en travail social

ORGANISMES SUBVENTIONNAIRES ET MONTANT DE LA SUBVENTION

Ce projet est rendu possible grâce au soutien de ces organismes :

  • Fond Québécois d’initiatives sociales (FQIS) –
  • Centre de transformation du communautaire,
  • Centre de recherche et d’expertise en gérontologie sociale (CREGÉS) du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal,
  • Ville de Longueuil,
  • Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, députée de Montarville.

 

DATES DE RÉALISATION

2020-2023

RÔLE JOUÉ PAR LA CHAIRE

Leader du projet de recherche

PROBLÉMATIQUE

Le présent projet émane d’un besoin direct, clairement exprimé par les acteurs du terrain. Dans le cadre de leur travail, les membres de l’organisme les Habitations Paul-Pratt et du Comité droits des ainés en résidences privées de l’agglomération de Longueuil sont régulièrement en relation avec des locataires âgés ayant vécu des situations de maltraitance. Il semble que le sentiment de sécurité et le respect des droits des personnes vivant dans des résidences privées pour aînés (RPA) (privées, OBNL et coopératives d’habitations) seraient mis à mal dans certains contextes. Les difficultés vécues par les locataires âgés et leurs personnes proches aidantes (PPA) vont au-delà de la violation de leurs droits et de l’obtention frauduleuse de fonds par les gestionnaires et les employés des résidences privées pour aînés, mais s’expriment également à travers la maltraitance psychologique et l’âgisme. Le contexte de la pandémie et les mesures de confinement ont à la fois créées et amplifiées ce type de problèmes.

Or, il est rare que les locataires âgés s’opposent aux demandes abusives des gestionnaires/employés et elles se plaignent très rarement en cas de préjudice. Cela s’explique en partie par la lourdeur et la complexité des démarches que les locataires doivent entreprendre lorsqu’ils veulent porter plainte et aux représailles des gestionnaires.

BUT OU QUESTION DE RECHERCHE

Le présent projet vise à décrire :

1) les difficultés vécus par les locataires âgés et leurs PPA avec les gestionnaires et/ou employés de résidences privées pour aînés ;

2) les démarches entreprises afin de résoudre la situation;

3) les impacts sur leur vie ; et

4) les solutions prometteuses.

 

OBJECTIFS

Phase 1 : Décrire le phénomène de la maltraitance envers les aînés en contexte RPA

  • Faire un portrait des problèmes vécus par les locataires des résidences privées pour ainés et les conséquences sur leur vie.
  • Recueillir les témoignages des ainés vivant en résidences privées et leurs PPA pour faire ressortir les conséquences d’un manque de ressources et de services ainsi que de règlementation inadéquate.
  • Donner la parole aux locataires et leurs PPA pour qu’ils puissent exprimer leurs points de vue et proposer des solutions.

 

Phase 2 : Coconstruction d’une démarche de sensibilisation à la maltraitance envers les personnes aînés en RPA

  • Informer et mobiliser les locataires et leurs PPA autour des enjeux liés aux résidences privées pour ainés.
  • Sensibiliser et mobiliser les organismes communautaires, les élus et les institutions publiques autour de ces enjeux.
  • Informer les locataires et leurs PPA sur leurs droits et les démarches disponibles pour les faire valoir.
  • Permettre un dialogue entre les locataires et les autres acteurs pour discuter de la situation et ultimement trouver des solutions collectives aux problèmes.

 

Phase 3 : Coconstruction d’une intervention multicomposante

  • Sensibilisation de divers groupes aux enjeux touchant les locataires (transfert de connaissances des résultats de la phase 1)
  • Diffusion de l’information et sensibilisation en matière de droits et de responsabilités des locataires (Intervention multicomposante de la phase 2)
  • Renforcement de la participation et de l’influence des locataires dans la prise de décisions liées au logement, dans les projets qui les concernent ainsi que dans la définition des services (Processus participatif)

 

MÉTHODOLOGIE

Phase 1 : Décrire le phénomène de la maltraitance envers les aînés en contexte RPA

La phase 1 permettra de mieux comprendre la maltraitance vécue par des locataires âgées vivant dans des résidences privées pour aînés (privées, OBNL et coopératives d’habitations) de l’agglomération de Longueuil, et ce, dans le but de co-construire une démarche de sensibilisation (phase 2). Afin de bien comprendre la problématique de maltraitance organisationnelle en RPA, deux stratégies sont prévues : une recension des écrits scientifiques et des entrevues avec des locataires âgés et des PPA ayant vécu ce type de situations. La recension souhaite décrire les différentes problématiques et s’inspirer des pratiques novatrices qui ont cours au Québec et ailleurs dans le monde afin d’alimenter la réflexion et de soutenir le développement de la démarche de sensibilisation. À travers des entrevues individuelles de 60 minutes, environ vingt locataires âgées et vingt PPA (jusqu’à saturation des données) seront invitées à s’exprimer sur les difficultés vécues avec les gestionnaires/employées de RPA, ainsi que les démarches entreprises pour remédier à la situation. Ces témoignages serviront à décrire la problématique de maltraitance en RPA dans l’Agglomération de Longueuil et de faciliter l’identification de ses causes sous-jacentes ainsi que les enjeux et les dynamiques qui y sont associés.

 

Phase 2 : Coconstruction d’une démarche de sensibilisation à la maltraitance envers les personnes aînées en RPA

 

Cette démarche de sensibilisation visera à prévenir la maltraitance ou réduire les conséquences négatives dont la pauvreté et l’exclusion sociale qui en découle. La méthode utilisée sera inspirée des cercles de qualité du domaine managérial et utilisé dans le réseau de la santé québécois. Le Cercle pour contrer la maltraitance visera à développer une démarche de sensibilisation à la maltraitance en RPA en combinant les éléments de la recension des écrits, des entrevues avec des locataires âgés et des PPA, ainsi que de l’expérience des membres du Cercle. Ce dernier sera composé d’un groupe de travail de 8 à 12 personnes :  2 à 5 locataires âgés et PPA, des gestionnaires et employés des Habitations Paul-Pratt ainsi que des membres du Comité droits des ainés en résidences privées de l’agglomération de Longueuil (composé, en autres, d’intervenants du réseau communautaire et de la santé et des services sociaux). Le groupe se réunira lors de rencontres mensuelles de travail d’une durée de 3 heures.

 

Phase 3 : Coconstruction d’une intervention multicomposante

Le but de cette phase est d’accompagner les Habitations Paul-Pratt et le Comité droits des ainées en résidences privées de l’agglomération de Longueuil dans le développement d’une intervention multicomposante favorisant le sentiment de sécurité  des personnes aînées et le respect de leurs droits.

 

En fonction des résultats de la première étape provenant de la recension des écrits et de la collecte des données, le groupe de travail identifiera des solutions prometteuses (pratiques, approches ou outils) visant à soutenir les différents acteurs dans la résolution de situations de maltraitance en résidences privées pour aînés (communautaires et privées) afin de développer une intervention multicomposante tenant compte des aspects légaux et psychosociaux. Les solutions visées peuvent s’effectuer à différents niveaux : individuel, groupe, organisationnel, politique, sociétal.

 

La méthode de co-construction de l’intervention multicomposante sera inspirée des cercles de qualité comme dans la phase 2. Le Cercle pour contrer la maltraitance visera le développement et la mise en place d’une intervention multicomposante pour contrer la maltraitance en résidence privées pour aînés en combinant les éléments de la recension des écrits, des entrevues avec les personnes aînées et leurs PPA, ainsi que de l’expérience des membres du Cercle pour contrer la maltraitance. Ce dernier sera composé d’un groupe de travail de 8 à 12 personnes : 2 et 5 personnes aînées/PPA, des gestionnaires et employés des Habitations Paul-Pratt ainsi que des membres du Comité (composé, en autres, d’intervenants du réseau communautaire et de la santé et des services sociaux). Des rencontres mensuelles de travail d’une durée de 3 heures permettront le choix, le développement et l’implantation dans la communauté d’une intervention multicomposante pour contrer la maltraitance en RPA.

RETOMBÉES PRATIQUES

Phase 1 :

  • La production d’un article scientifique et d’une conférence.

Phase 2 :

  • Le développement d’au moins deux outils de sensibilisation (p.ex. affiches, balados, etc.)
  • Au moins huit participants contribueront au processus de co-construction incluant des locataires âgés et des PPA.
  • Les personnes ayant pris connaissance des outils de sensibilisation auront la perception qu’ils comprennent mieux les enjeux entourant la maltraitance en RPA y compris les impacts.
  • Un minimum de dix instances distinctes recevra les outils de sensibilisation.

 

Retombées :

  • Accroître et promouvoir l’accès à l’information afin d’assurer un accès abordable aux ressources, services ou opportunités de soutien lors de situations de maltraitance par le développement d’au moins deux outils de transferts de connaissances (p.ex. guide, présentations, etc.)
  • Renforcer les capacités en matière de prise de décision et de responsabilités liées au logement des groupes de locataires désavantagés en partageant avec au moins 10 instances les outils de transferts de connaissances
  • Favoriser la participation dans la prise de décision et dans les projets liés au logement en impliquant des locataires âgés dans le processus de co-construction.