Taille de la police

Trajectoires de services locaux intersectorielles en matière de lutte contre la maltraitance envers les personnes aînées

Thématique : Chercheur principal

CHERCHEUR(E) PRINCIPAL(E) :

Marie Beaulieu, Université de Sherbrooke.

ÉQUIPE DE CHERCHEURS :

S.o.

PERSONNEL DE LA CHAIRE :

Julien Cadieux Genesse, coordonnateur de la Chaire.

ORGANISME SUBVENTIONNAIRE ET MONTANT DE LA SUBVENTION :

Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) – Programme de Subventions d’engagement partenarial : 24 980 $.

DATES DE RÉALISATION :

Automne 2020 à l’automne 2021.

RÔLE JOUÉ PAR LA CHAIRE :

Leader du projet en collaboration avec :

  • Le Grand Rassemblement des Aînés de Vaudreuil et Soulanges (G.R.A.V.E.S)

PROBLÉMATIQUE :

Une méta-analyse faisant état de la prévalence de la maltraitance envers les personnes aînées à l’échelle mondiale souligne l’importance de déployer des actions visant à contrer cette problématique sociale. Près d’une personne aînée (60 ans et +) sur six aurait vécu de la maltraitance au cours de l’année précédant la cueillette des données.

Pour encadrer cette lutte, le Québec s’est doté d’un Plan d’action gouvernemental (2017-2022) comportant 52 mesures regroupées en 11 objectifs. L’un de ces objectifs est de « soutenir le développement et la mise sur pied d’ententes intersectorielles ou d’autres mécanismes d’intervention et de concertation visant à aider et à accompagner les personnes aînées maltraitées et les différents intervenants ».

En ce sens, le Grand Rassemblement des Aînés de Vaudreuil et Soulanges (G.R.A.V.E.S.) et les Tables de concertation intersectionnelles locales sur les aînés ont débuté, depuis 2016, la documentation de leurs activités intersectorielles de lutte contre la maltraitance dans le territoire du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest (Ci-après : CISSSMO).

Afin de poursuivre ces travaux au moyen d’une recherche-action, ils sollicitèrent l’expertise de la Chaire de recherche.

BUT OU QUESTION DE RECHERCHE :

Il fut convenu conjointement entre la Chaire et le G.R.A.V.E.S. que le projet aura pour but de produire 2 trajectoires de services locaux intersectorielles en matière de lutte contre la maltraitance envers les personnes aînées, tout en développant une démarche méthodologique reproductible dans les diverses régions desservies par un Centre intégré de santé et de services sociaux ou un Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux au Québec.

OBJECTIFS :

Le projet poursuivra les objectifs suivants :

  1. Produire un bilan des pratiques internes (mission, activités, clientèle, etc.) des membres de deux Tables de concertation locales engagés dans la lutte contre la maltraitance au sein du CISSSMO;
  2. Produire un bilan par étape des pratiques intersectorielles (coordination de services, communication entre organismes, etc.) de lutte contre la maltraitance des membres de ces deux Tables;
  3. Schématiser les deux trajectoires de services locaux intersectorielles de lutte contre la maltraitance;
  4. Produire un guide exposant la démarche d’établissement de trajectoires de services locaux intersectorielles en vue de bonifier les pratiques en matière de lutte contre la maltraitance.

MÉTHODOLOGIE :

La collecte de données débutera par 6 groupes de discussion, soit 3 groupes de discussion par Table participantes. Chacune de ces 2 Tables sélectionnera par la suite des représentants qui participeront à une entrevue semi-dirigée.

Ces activités de collecte d’informations offriront un contenu qualitatif riche permettant la schématisation des 2 trajectoires de services locaux et faciliteront la rédaction d’un guide de pratique sur les actions intersectorielles de lutte contre la maltraitance.

La chercheure et le partenaire s’engagent à travailler selon une approche de coproduction des connaissances. La mise sur pied d’un comité de suivi, qui se réunira au moins une fois aux huit semaines, facilitera le processus de collaboration.

AVANCEMENT DES TRAVAUX :

À la suite de l’obtention de l’autorisation éthique pour procéder à la collecte de données en février 2020, le projet est suspendu en raison de la crise sanitaire de la COVID-19.

Celui-ci reprendra lorsque les autorités de santé publique, du gouvernement et de l’Université de Sherbrooke donneront leur aval à la réactivation des projets de recherche auprès de la population.

COMMUNICATIONS :

S.o.

ÉCRITS :

S.o.