Taille de la police

Trois étudiantes rédigent actuellement leur essai au sein de la Chaire. (17 février 2016)

Thématique : Étudiants

L’équipe de la Chaire se compose de 16 personnes. Plusieurs sont des étudiants à la maîtrise ou au doctorat qui collaborent à des projets de recherche ou qui en dirigent dans le cadre de leurs études. En janvier 2016, 3 étudiantes à la maîtrise en service social de l’Université de Sherbrooke ont amorcé un essai sous la direction de la professeure Marie Beaulieu, titulaire de la Chaire. Leurs travaux sont directement en lien avec la maltraitance envers les personnes aînées.

Dans le cadre de son essai, Audrey Allard vise à vérifier les effets de l’outil En Mains-Respect Seniors sur la pratique des intervenants psychosociaux de Respect Seniors, l’Agence wallonne de lutte contre la maltraitance des aînés. Au cours de l’automne 2015, elle a effectué son stage au sein de cet organisme, ce qui lui a permis de collecter des données auprès des intervenants. De façon plus spécifique, elle a réalisé des observations non participantes de diverses réunions d’équipe, de même que des entrevues individuelles avec les intervenants de Respect Seniors. En janvier 2016, Audrey a amorcé l’analyse des données et la rédaction de son essai. Elle vise à compléter ses études au printemps 2016. Consultez la fiche de l’essai d’Audrey pour en apprendre davantage.

Adriana Herrera Duarte s’intéresse, quant à elle, à la perception de la maltraitance chez la communauté hispanophone. Plus spécifiquement, son essai vise à répondre à la question suivante : Est-ce que les communautés culturelles hispanophones sont conscientes que certaines pratiques, à priori valables dans leur pays d’origine, peuvent être considérées comme de la maltraitance au Québec? Son essai prend appui sur son expérience de stage au sein de la Fédération des communautés culturelles de l’Estrie effectué à l’automne 2015. Au cours de cette période, elle a réalisé des activités de sensibilisation à la maltraitance auprès de la communauté hispanophone. Elle a pu élaborer divers outils adaptés aux réalités de cette communauté, de même qu’expérimenter un outil de sensibilisation déjà développé par Louise Buzit-Beaulieu coordonnatrice provinciale de la lutte contre la maltraitance envers les personnes aînées auprès de communautés culturelles. Adriana s’affaire actuellement à préciser la méthodologie qu’elle adoptera dans le cadre de son essai. Consultez la fiche de son essai pour rester informés.

L’essai de Marika Lussier-Therrien s’inscrit dans le mandat de la Chaire de répondre à la mesure 5.2 du Plan d’action concerté pour prévenir et contrer l’intimidation 2015-2018 qui vise à « documenter le phénomène de l’intimidation, y compris l’intimidation en ligne, spécifiquement chez les personnes aînées, […] » (Gouvernement du Québec, 2015 p. 39). Marika oriente plus spécifiquement son essai sur la documentation de l’intimidation en ligne chez les personnes aînées et vise à décrire, comprendre et expliquer ce phénomène. Ultimement, cela permettra de mieux cibler les stratégies d’éducation et de sensibilisation auprès des personnes aînées, ainsi que d’orienter les formations auprès des différents acteurs engagés dans la lutte contre l’intimidation en ligne. En janvier 2016, Marika a établi le plan de travail et la méthodologie qu’elle compte employer pour son essai. Elle a amorcé sa recension des écrits et la rédaction de son essai par la même occasion. Tout comme Audrey, elle vise à compléter ses études au printemps 2016. Consultez la fiche de l’essai de Marika pour plus d’informations.