Taille de la police

Quatre travaux traitant de l’intimidation sont en cours au sein de la Chaire. (21 avril 2016)

Ainsi, depuis 2014, les travaux en lien avec l’intimidation au sein de la Chaire ont pris de l’ampleur. Actuellement, la Chaire dirige quatre projets qui sont directement en lien avec l’intimidation envers les personnes aînées. L’un d’entre eux est mené à même les fonds de la Chaire et vise à faire la clarification conceptuelle entre la maltraitance et l’intimidation. Ce projet intitulé : L’intimidation envers les personnes aînées, vise à poser les éléments communs et distinctifs entre les deux problématiques et à mieux définir ce qu’est l’intimidation envers les personnes aînées. Un autre des projets en cours a obtenu un financement de trois ans du programme Québec ami des aînés en décembre 2015. Ce projet s’intitule : La maltraitance et l’intimidation envers les personnes aînées : Bonifier la pratique de sensibilisation des organismes communautaires favorisant le passage de la prise de conscience au signalement. Il vise à cerner les freins et les leviers au signalement des personnes aînées maltraitées ou intimidées. À la lumière des informations recueillies, les pratiques de sensibilisations des organismes communautaires pourront être bonifiées afin qu’elles puissent aider les personnes aînées qui se reconnaissent maltraitées ou intimidées à faire le pas vers une recherche d’aide et donc vers le signalement de leur situation.

Finalement, deux étudiants sous la direction de Marie Beaulieu ont choisi le thème de l’intimidation comme sujet d’étude. Tout d’abord, Caroline Pelletier étudiante au doctorat en gérontologie à l’Université de Sherbrooke. Puisque Caroline est la coordonnatrice du projet précédemment décrit sur la bonification des pratiques de sensibilisation des organismes communautaires, son projet de thèse s’ancre directement dans ce dernier. La question de recherche suivante guide ses travaux : Comment les personnes aînées maltraitées ou intimidées vivent leur expérience relationnelle avec les services disponibles (des proches, du réseau de la santé et des services sociaux et des organismes communautaires) ? Ensuite, Marika Lussier-Therrien, réalise son essai de maîtrise en travail social à l’Université de Sherbrooke sur le thème de la cyberintimidation chez les personnes aînées. Elle y proposera une  réflexion sur les axes d’intervention, les stratégies, les moyens d’action pour contrer le phénomène et sur le rôle du travailleur social.