Taille de la police

La Chaire et Chartwell résidences pour retraités obtiennent une subvention d’engagement partenariale du CRSH pour démarrer un projet sur la maltraitance entre résidents. (Septembre 2018)

Thématique : Projet de recherche

Au début du mois de septembre 2018, la Chaire et Chartwell résidences pour retraités ont obtenue une subvention de 25 000$ dans le cadre du programme Engagement partenarial du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) afin d’entamer conjointement un projet de recherche-action sur la maltraitance entre les personnes aînées vivant en résidence privée.

D’une durée d’un an, le projet intitulé: Améliorer la vie collective en résidence privée pour aînés : établir les besoins en matière de lutte contre la maltraitance entre résidents et de promotion du « bien vivre ensemble » vise plus spécifiquement à :

  • Identifier les manifestations et les représentations de la maltraitance entre résidents;
  • Identifier les représentations du « bien vivre ensemble » et les conditions pour le promouvoir;
  • Identifier les besoins des résidents, des employés et des cadres en matière de lutte contre la maltraitance et de promotion du « bien vivre ensemble ».

Préoccupés par la qualité de vie et l’expérience client des personnes aînées qui résident au sein de ses établissements, Chartwell s’est engagé à soutenir le projet en espèces et en nature pour une valeur totale estimée à un peu plus de 13 000$. Cette contribution s’additionne ainsi à la subvention obtenue.

Les résultats permettront d’établir un langage commun en matière de maltraitance entre résidents et de « bien vivre ensemble » en résidence privée, ainsi que de dégager les besoins en matière de lutte contre la maltraitance entre résidents et de promotion du « bien vivre ensemble » au sein de ces milieux de vie. Ce projet est la première phase d’un projet de plus grande envergure dans le cadre duquel Chartwell et la Chaire souhaitent élaborer un programme visant la promotion du « bien vivre ensemble» et la lutte contre la maltraitance entre résidents en résidence privée.

La Chaire se réjouit de ce partenariat puisqu’il permettra de lever le voile sur un problème identifié par un nombre croissant d’acteurs des milieux de pratique, mais peu documenté à ce jour.