Fanta Fane (2018)

DIPLÔME(S) OBTENU(S) :

Maîtrise en service social (2018), Université de Sherbrooke (Québec).

Maîtrise en Conseil, organisation et conduite en intervention technologique et sociale (2011), Université de Picardie Jules Verne (France).

Maîtrise en ingénierie des politiques sanitaires et sociales (2009), Université de Picardie Jules Verne (France).

Maîtrise en Sociologie (2007), Université Université Gaston Berger (Sénégal).

Baccalauréat en Sociologie (2006), Université Université Gaston Berger (Sénégal).

PROGRAMME D'ÉTUDE ACTUEL :

Doctorat en gérontologie, Université de Sherbrooke.

TITRE DU PROJET D'ÉTUDE :

La violence conjugale dans les communautés ethnoculturelles : regards croisés entre théories et pratiques d'intervention.

BOURSES D'ÉTUDES ET MONTANTS :

  • 2011-2012 : Bourse de mobilité Phileas (6 000 euros) - Conseil Régional de Picardie (France).

DATE DE RÉALISATION :

  • Réalisation avec succès de la propédeutique (septembre 2014 – avril 2015).
  • Maîtrise en travail social (septembre 2015 - avril 2018).

PROBLÉMATIQUE :

La violence conjugale est un problème social qui secoue toutes les sociétés humaines dans le monde (Lessard, G., Montminy, L., Lesieux, G., Flinn, C., Roy, V., Gauthier, S. & Fortin, A. , 2015). Dans le rapport présenté par l’Organisation des Nations Unies sur les violences faites aux femmes à partir d’une recherche effectuée dans 102 pays, les chiffres avancés indiquent que plus d’un tiers des femmes dans le monde a été victimes de violence physique ou sexuelle à un moment donné de leur vie (ONU, 2015). Les études publiées par le ministère de la Sécurité publique (2016) portent à notre connaissance qu’en 2014, les femmes constituaient 78,5 % des victimes d’infractions commises dans un contexte conjugal. Ce pourcentage ne fournit aucune précision sur l’origine, le statut socioprofessionnel ou encore l’appartenance culturelle et/ou religieuse de ces femmes, mais elles renseignent sur le fait qu’elles en sont davantage victimes.

Dans ce travail, je me suis particulièrement intéressée aux femmes immigrantes venues s’installer au Québec pour des raisons : familiales, humanitaires, politiques ou professionnelles. Ces femmes, en plus de se heurter aux enjeux inhérents au processus d’immigration et à leurs statuts d’étrangères, se retrouvent davantage fragilisées par la violence subie de la part du conjoint. En 2009, environ 4 % des femmes immigrantes ont déclaré avoir subi de la violence conjugale (Institut National de Santé Publique, 2016). Ce pourcentage est tout de même non négligeable d’autant plus qu’il s’agit ici de victimes ayant dévoilé ou signalé, aux autorités compétentes, les violences dont elles ont fait l’objet. Cela me fait dire que, probablement, ces statistiques sont sujettes à modification à la hausse, car certaines violences commises dans un cercle conjugal n’ont pas été rapportées par les victimes en raison entre autres des barrières linguistiques, de la méconnaissance des institutions, de certaines pratiques d’intervention inadaptées à leurs réalités, etc. En effet, à travers mon expérience professionnelle, en tant qu’intervenante, j’ai pu relever des limites considérables sur les pratiques d’intervention promues en contexte de violence conjugale chez les femmes immigrantes. Lorsque ces femmes se présentent dans les points de service pour bénéficier d’un soutien ou d’un accompagnement, elles font face à d’autres difficultés plus accrues, car il existe des barrières institutionnelles, culturelles, professionnelles, etc. qui paralysent leur rapport avec les intervenantes. La question de départ que je me suis alors posée est la suivante : les pratiques d’intervention promues en contexte de violence conjugale, découlant d’approches et de modèles théoriques, sont-elles adaptées à la réalité socioculturelle des femmes immigrantes?

BUT OU QUESTION DE RECHERCHE :

Cet essai propose une réflexion critique et analytique sur les modèles et/ou approches théoriques ainsi que les pratiques d’intervention élaborées dans le domaine de la violence conjugale chez les communautés ethnoculturelles.

OBJECTIFS :

Les objectifs poursuivis dans le cadre de cet essai sont multiples et s’arcboutent autour de ces points :

  • Fournir quelques éléments descriptifs sur la diversité des populations immigrantes laquelle nécessite des politiques, des programmes et des pratiques adaptés à leurs réalités socioculturelles.
  • Identifier les représentations des personnes immigrantes sur la problématique de la violence conjugale ainsi que sur d’autres thématiques connexes.
  • Sur la base de l’objectif qui précède, formuler de nouvelles stratégies de pensées et d’actions pour une meilleure prise en charge participative et inclusive de cette question sociale.

MÉTHODOLOGIE :

La construction de cet essai repose pour l’essentiel sur mon expérience, en tant que stagiaire et intervenante dans une maison d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale. Elle s’inspire des différentes activités auxquelles j’ai pris part dans le cadre du projet initié par la structure dont l’objectif principal consistait à réfléchir, de façon concertée, sur les possibilités d’améliorer l’accessibilité aux services chez la population immigrante.

Collecte de données : J’ai pu recueillir des données grâce à mon implication au sein du comité aviseur. J’ai participé à la distribution et à l’analyse du sondage soumis à des personnes immigrantes et dont l’objectif consistait essentiellement à cerner leur représentation de la violence conjugale et des services qui leur sont proposés. J’ai eu l’opportunité de réaliser quelques entretiens, de type semi-directif, auprès de quelques femmes immigrantes. La participation observante, qui est une technique de recueil de données utilisée dans des recherches qualitatives, a été mise à contribution pour confirmer ou infirmer quelques-unes de nos constatations.

Analyses : Toutes ces données recueillies ont été combinées et analysées en vue de comprendre le point de vue des personnes immigrantes sur la violence conjugale et de proposer des pratiques d’intervention mieux adaptées auprès de cette clientèle.

AVANCEMENT DES TRAVAUX :

Cet essai aboutira à des travaux de recherche doctorale sur la thématique de la violence conjugale chez les femmes immigrantes aînées.

COMMUNICATIONS :

Beaulieu, M., Pelletier, C. & Fane, F. (accepté). Hindering and facilitating factors when requesting help in situations of mistreatment or bullying of older adults. Communication présentée à la 14th Global Conference on Ageing, International Federation on Ageing, Toronto.

Beaulieu, M., Pelletier, C. et Fane, F. (accepté). Freins et leviers à la demande d’aide des aînés projetés en situation hypothétique de maltraitance ou d’intimidation. Communication présentée au 11ème Congrès International Francophone de Gérontologie et Gériatrie (CIFGG), Montreux (Suisse).

Beaulieu, M., Pelletier, C. Fane, F. et Delorme, C. (18 mai 2018). Les connaissances et les besoins des aînés témoins ou cibles de maltraitance ou d’intimidation. Communication présentée à la 14e Journée scientifique du CDRV et 28e Gérontoclub, Sherbrooke, Québec.

Pelletier, C., Beaulieu, M. et Fane, F. (8 mai 2018). Freins et leviers à la demande d’aide des aînés en situation de maltraitance ou d’intimidation. 86e congrès de l’ACFAS, 7-11 mai 2018, Chicoutimi (Québec, Canada).

Pelletier, C., Beaulieu, M. et Fane, F. (20 octobre 2017). Mistreatment and bullying of older adults: a qualitative study. Communication présentée à la 46e Réunions scientifique et éducative annuelle de l’Association Canadienne de gérontologie, « Actions fondées sur les données probantes pour un monde vieillissant », Winnipeg (Canada).

Fane,F. (19 octobre 2017). Améliorer l’accessibilité aux services pour les femmes immigrantes victimes de violence conjugale. Communication présentée au colloque Trajectoire de la maison d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale : la Méridienne, Sherbrooke, Québec.

Fané, F. (4 juillet 2017). La violence conjugale chez les communautés immigrantes, regards croisées en théories, pratiques et réalités socio-culturelles. Communication présentée au colloque international : la norme dans tous ses états: enjeux et défis pour le travail social, Université du Québec en Outaouais.

Fané, F. (26 Avril 2017). La violence conjugale chez les communautés immigrantes, Regards croisés entre théories et Pratiques. Communication présentée au colloque de l’École de travail social à l’Université de Sherbrooke (Québec).

ÉCRITS :

Fane, F., St-Pierre, L. et Péloquin, A-J. (2017). Rédaction de guide de pratique.

Fane, F. et Beaulieu, M. (2018). Rapport de recherche. Rapport des analyses qualitatives. Document inédit.

Fanta, F. (2018). La violence conjugale dans les communautés ethnoculturelles : regards croisés entre théories et pratiques d’intervention (Essai de maîtrise). Faculté des lettres et sciences humaines, École de travail social, Université de Sherbrooke, 91p.

Dernière modification le vendredi, 05 octobre 2018 17:10

En cas d'urgence

Si vous vivez de la maltraitance ou êtes témoins d'une situation de maltraitance et souhaitez obtenir de l'information ou de l'aide, veuillez communiquer avec la ligne Aide Abus Aînés (pour les résidents du Québec)

1 888 489-ABUS (2287)

Nos partenaires

UdeS 
 Centrederecherche
 LogoQc sansfond

Coordonnées

Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées
Centre de recherche sur le vieillissement – CIUSSS de l'Estrie - CHUS
1036, Belvédère Sud
Sherbrooke (Québec)
J1H 4C4
CANADA

Téléphone : 1 819 780-2220, poste 45621

Formulaire de contact