Maltraitance psychologique et financière envers les personnes aînées ayant des incapacités au Québec.

CHERCHEUR(E) PRINCIPAL(E) :

Marie Beaulieu, Université de Sherbrooke

ÉQUIPE DE CHERCHEURS :

Hélène Carbonneau, Hélène Carbonneau, Université du Québec à Trois-Rivières.

Sylvain Bernier, Directeur administratif de la recherche | Mission universitaire au CIUSSS de l’Estrie - CHUS.

Denis Beaulieu, Commissaire aux plaintes et à la qualité des services au CIUSSS de l’Estrie - CHUS.

Christian Gauthier, Directeur des programmes déficience intellectuelle, trouble du spectre de l'autisme et déficience physique (DI-TSA et DP) au CIUSSS de l’Estrie – CHUS.

PERSONNEL DE LA CHAIRE :

Julien Cadieux Genesse, Coordonnateur adjoint de la Chaire.

Marie Crevier, Candidate au titre de Ph. D. en gérontologie à l’Université de Sherbrooke.

ORGANISME SUBVENTIONNAIRE ET MONTANT DE LA SUBVENTION :

Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ) –  100 000 $

DATES DE RÉALISATION :

Septembre 2018 à septembre 2020.

RÔLE JOUÉ PAR LA CHAIRE :

Leader du projet

PROBLÉMATIQUE :

Les premiers écrits sur la maltraitance envers les personnes aînées ont été produits dans les années 1970 aux États-Unis (dont Stannard, 1973). Ils traitaient essentiellement des préoccupations des intervenants quant aux conditions d’hébergement des personnes aînées, plus précisément des personnes ayant des incapacités et vivant en institution. On aurait pu s’attendre à voir se développer le champ d’études sur la maltraitance envers les personnes aînées ayant des incapacités ou les personnes handicapées, mais ce ne fut pas le cas. Les limitations fonctionnelles de la personne aînée furent considérées comme des facteurs de vulnérabilité. Ainsi, un grand nombre d’études sur la maltraitance s’intéressent aux aînés handicapés, mais sans le nommer de cette façon. Ce faisant, les analyses de la maltraitance sont globales et non spécifiques selon le type d’incapacité de la personne maltraitée. Tel qu’il sera discuté, rares sont les études spécifiques sur le sujet.

Le Québec, à l’instar des autres pays du globe, connaît un vieillissement démographique et un accroissement de l’espérance de vie (Institut de la statistique du Québec, 2012; Ministère de la Famille du Québec, 2018). La population aînée ayant des incapacités de longue date ou des incapacités apparues avec l’avance en âge croîtra de manière significative dans les prochaines années.

De fait, outre le vieillissement démographique, les personnes qui avaient une espérance de vie plus courte en raison d’incapacités vivent désormais plus longtemps, et ce, malgré qu’elles connaissent un vieillissement prématuré (Gabbaï, 2004). C’est le cas, par exemple, des personnes ayant une trisomie 21. C’est pourquoi il y a urgence d’amorcer les initiatives de développement de connaissances scientifiques, de mise à niveau des pratiques professionnelles (Racic, Sebrenka, Kozomara., & al., 2006) et le renouvellement des politiques sociales et de santé en matière de vieillissement et de participation sociale des personnes vivant avec une incapacité (Ansello & O’Neil, 2010; Busby, 2010).

Dans un document faisant état des connaissances scientifiques produites entre 1990 et 2013 en matière de maltraitance envers les personnes, de tout âge, ayant des incapacités, l’Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ) conclut :

« Très peu de données concernant la maltraitance envers les adultes et les aînés handicapés sont disponibles. […] [Ainsi], la maltraitance envers les personnes handicapées, particulièrement auprès des personnes aînées handicapées, n’a pas reçu une attention suffisante permettant de la documenter. De futures recherches et enquêtes sont nécessaires afin de mieux connaître la prévalence de cette problématique ainsi que ses conséquences dans le but de mieux planifier les interventions auprès de cette population » (Dugas & Lamotte, 2015 : 39).

BUT OU QUESTION DE RECHERCHE :

Documenter de façon théorique et pratique la problématique de la maltraitance psychologique, financière et matérielle envers les personnes aînées ayant des incapacités les mettant en situation de handicap.

OBJECTIFS :

  1. Dresser un bilan des connaissances théoriques sur la maltraitance psychologique, financière et matérielle envers les personnes aînées ayant des incapacités.
  2. Documenter, au moyen de cas, la maltraitance psychologique envers les personnes aînées ayant des incapacités
  3. Documenter, au moyen de cas, la maltraitance financière et matérielle envers les personnes aînées ayant des incapacités.
  4. À la lumière des trois premiers objectifs, dégager des recommandations en matière de prévention, repérage (y compris réception de la demande d’aide et accès aux services) et intervention (adaptation) à l’intention de divers publics tels que des associations de personnes aînées et de personnes ayant des incapacités, le réseau public de la santé et des services sociaux, des organismes communautaires, des décideurs publics (ministères et gouvernement), etc.

MÉTHODOLOGIE :

En général

Notre démarche se veut participative en laissant une large place à la parole des personnes aînées, dont celles en situation de handicap. Elle se veut aussi intersectorielle en permettant la co-construction du projet entre divers types d’acteurs : chercheurs, décideurs et administrateurs du réseau de la santé, organismes communautaires, associations d’aînés ou de personnes ayant des incapacités.

Phase 1 : État des connaissances

Dans l’optique de dresser un portait complet et détaillé de la maltraitance psychologique, financière et matérielle chez les personnes aînées ayant des incapacités, une recension systématique de la littérature scientifique sera initiée dès le début du projet (Institut national d’excellence en santé et en service sociaux, 2013).

Phase 2 : Études de cas

La recherche se fera par étude de cas, plus spécifiquement une étude de cas multiples (20 à 22 participants, donc 20-22 cas). Cette étude de cas a une visée à la fois exploratoire (l’expérience vécue de la maltraitance - sujet, à notre connaissance, non étudié au Québec) et descriptive (la trajectoire de services). Elle repose sur deux sources de données (Yin, 2014) : des entrevues et des questionnaires sociodémographiques.

Notre étude mobilise un territoire de CIUSSS complet, soit celui de l’Estrie - CHUS. Il s’agit du second plus grand au Québec comprenant plus de 101 points de services, incluant des centres hospitaliers (CH), des centres d’hébergement (CHSLD, RTF, RI) et des centres de réadaptation (DP, DI, TSA, Dépendance). Vaste région socio-sanitaire, ses limites s’étendent de Lac-Mégantic à Ange-Gardien, pour une population de plus de 500 000 personnes (CIUSSS de l’Estrie - CHUS, 2018).

Phase 3 : Diffusion et transfert des connaissances

La diffusion des connaissances réfère à des productions scientifiques. Nous nous engageons à produire au moins (ce sera fort probablement plus) :

- Un rapport à l’OPHQ

- Deux articles scientifiques

- Deux communications scientifiques

Le transfert des connaissances réfère à la transmission des résultats vers divers publics. Des stratégies variées peuvent être utilisées :

- Un rapport synthèse de l’étude, accompagné de recommandations à l’intention du gouvernement du Québec;

- Un rapport synthèse de notre étude, accompagné de recommandations à l'intention du CIUSSS de l'Estrie - CHUS et des autres CIUSSS et CISSS du Québec pour bonifier les services et pratiques;

- Élaboration d’un Guide à l’intention des professionnels en vue de bonifier leurs interventions auprès de cette population;

- Des exposés sur invitation au sein des divers points de service du CIUSSS de l’Estrie - CHUS et des organismes communautaires qui sont membres de notre comité consultatif;

- Etc.

Retombées anticipées

  • La détermination des facteurs de risque et de vulnérabilité à la maltraitance psychologique et matérielle ou financière des aînés ayant des incapacités ou un handicap;
  • L’établissement des conséquences de ces deux types de maltraitance;
  • L’exploration des facilitateurs ou des freins à la demande d’aide;
  • Le tracé de la trajectoire des services actuels et sa bonification à la lumière des résultats;
  • La documentation des points forts, des limites, mais également des modifications à apporter dans l’accompagnement permettant ainsi une meilleure adaptation des services et des interventions offerts aux personnes aînées handicapées maltraitées;
  • L’élaboration de recommandations pour bonifier des pratiques, la planification de services et les politiques.

AVANCEMENT DES TRAVAUX :

Le 14 juin 2018, la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées obtient la confirmation que la subvention lui est octroyée afin de débuter ce projet de recherche dès l’automne 2018 par l’OPHQ.

Le projet débutera à l’automne 2018 pour une durée de 2 ans.

COMMUNICATIONS :

S.o.

ÉCRITS :

S.o.

Références

Ansello, E. & O’Neil, P. (2010). Abuse, Neglect, and Exploitation: Considerations in Aging with Lifelong Disabilities. Journal of Elder Abuse & Neglect, 22(1-2), 105-130.

Busby, F. (2010). A Nation-Wide Elder and Handicapped Abuse Help-Line Network – Call Us and stamp Out Abuse Now. Ageing Int, (35), 228-234.

CIUSSS de l’Estrie – CHUS. (2018). À propos : un CIUSSS unique. Consulté le 8 mai 2018.

CIUSSS de l’Estrie – CHUS. (2016). Plan d’organisation du CIUSSS de l’Estrie – CHUS 2015-2017 : Engagement, Humanisme, Adaptabilité. Consulté le 8 mai 2018.

Creswell, J. W. et Poth, C. N. (2018). Qualitative Inquiry & Research Design: Choosing among Five Approaches (4e éd.). Los Angeles: Sage.

Dugas, L. & Lamotte, P. (2015). La maltraitance envers les personnes handicapées : recension des écrits et portrait statistique, Drummondville, Direction de l’évaluation, de la recherche et des communications, Office des personnes handicapées du Québec, 44 p.

Gabbaï, P. (2004). Longévité et avance en âge. Des personnes handicapées mentales et physiques. Gérontologie et société, 27(10), 47-73.

Gouvernement du Québec – Ministère de la Famille. Les personnes âgées de 65 ans ou plus : données populationnelles. Consulté le 3 mai 2018

Grant, M. J. & Booth, A. (2009). A Typology of Reviews: An Analysis of 14 Review Types and Associated Methodologies. Health Information and Libraries Journal, (26), 91-108.

Institut de la statistique du Québec. (2012). Le vieillissement démographique : de nombreux enjeux à déchiffrer. Gouvernement du Québec, Québec. 260 p.

Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS). (2013). Les normes de production des revues systématiques. Guide méthodologique. Document rédigé par Valérie Martin et Jolianne Renaud sous la direction de Pierre Dagenais. Montréal, Qc : INESSS. 44p.

Racic, M., Sebrenka, S., Kozomara, L., Debelnogic, B. & Tepic, R. (2006). The Prevalence of Mistreatment Among the Elderly with Mental Disorders in Primary Health Care Settings. The journal of Adult Protection, 8(4), 20-24.

Stannard, C. I. (1973). Old folks and dirty work: The social conditions for patient abuse in a nursing home. Social Problems, 20(2), 329-342.

Yin, R.K. (2009). Case Study Research. Design and Methods. (4e éd.). Thousand Oaks: Sage.

Yin, R.K. (2014). Case Study Research. Design and Methods. (5e éd.). Thousand Oaks: Sage.

Dernière modification le mercredi, 27 juin 2018 10:59

En cas d'urgence

Si vous vivez de la maltraitance ou êtes témoins d'une situation de maltraitance et souhaitez obtenir de l'information ou de l'aide, veuillez communiquer avec la ligne Aide Abus Aînés (pour les résidents du Québec)

1 888 489-ABUS (2287)

Nos partenaires

UdeS 
 Centrederecherche
 MFAMipr 2 Converted

Coordonnées

Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées
Centre de recherche sur le vieillissement – CIUSSS de l'Estrie - CHUS
1036, Belvédère Sud
Sherbrooke (Québec)
J1H 4C4
CANADA

Téléphone : 1 819 780-2220, poste 45698

Formulaire de contact